JULIEN BROUSSOUS Éducateur spécialisé en libéral ACCOMPAGNEMENT DES FAMILLES ET DES PROJETS INDIVIDUELS DE LEURS ENFANTS

L’adoption n’est pas un long fleuve tranquille

Témoignage de parents que j’accompagne depuis 2018

9 avril 2007. Nous voilà à Velez Santander, à 4 heures de route de Bogota. Nous descendons du taxi sur la place principale. Nous avons une demi-heure de retard. Depuis la fenêtre de l’ICBF, au 1er étage, nous voyons Diego qui nous hèle en espagnol: “Hé! Papa, Maman, où étiez-vous?, on vous attendait I”. Surprise … ce petit bonhomme de 6 ans 1/2 que nous imaginions timide et réservé d’après sa photo et le dossier de l’ICBF, est, au contraire, très extraverti !
Son petit frère, Santiago, 1 an 1/2, vient dans nos bras très (trop) facilement, alors que nous sommes encore des inconnus pour lui … nous nous rendons compte que c’est maintenant que notre histoire de famille commence et que les liens sont à tisser.
Dès le début de notre projet, nous avons souhaité adopter une fratrie. Nous avons eu la chance d’avoir un enfant petit, Santiago, et un enfant plus grand, Diego. Ils ont 5 ans de différence.
Nous aimons nos enfants et nous essayons comme tous les parents de faire au mieux pour eux. Nous comprenons aujourd’hui le sens et l’enjeu de cette phrase qui nous avait marqué lors de l’enquête psychologique et sociale pour la demande d’agrément : « L’amour ne suffit pas. »
s premiers instants de notre rencontre…
Diego a très rapidement demandé une attention particulière: recherche d’une relation exclusive avec son père adoptif, rejet de sa mère adoptive, refus de toute frustration et de l'autorité. Les nombreux témoignages et échanges dans l’association de parents adoptifs dans laquelle nous sommes toujours fortement impliqués, nous a aidés à mieux appréhender la situation… même si, le jour de la signature devant la juge de Velez, nous n’étions pas tout à fait convaincus de notre capacité à élever Diego. Nous savions juste qu’à partir de ce moment, quelque soient les difficultés, il nous faudrait aller de l’avant pour nos enfants que nous avions choisis d’accueillir et de chérir.
Dès notre retour en France, Diego a bénéficié d’un soutien spécifique au Centre Médico-Psychologique, et depuis trois ans que nous sommes ensemble, il a fait des progrès spectaculaires. Diego s’est peu à peu apaisé et s’est progressivement attaché à sa maman. Aujourd’hui, il l’adore.
Toutefois, il a encore d’importantes difficultés de sociabilisation, ce qui l’handicape fortement. Son parcours scolaire est très chaotique et même son orientation en classe spécialisée (CLIS) n’a pas eu les effets attendus. Nous espérons que son orientation à la rentrée prochaine en ITEP (Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique) portera ses fruits : Ce sera la première fois qu’il sera à sa place, dans un milieu adapté, et qu’il sera pris en charge de façon globale.
Santiago, quant à lui, même s’il partage la même histoire, n’a pas le même vécu que son frère, vu son jeune âge au moment de son adoption. Nous observons qu’il a beaucoup plus confiance en lui que son frère. Parfois, Il exprime, à sa façon, sa difficulté de grandir à côté d’un frère « différent » qui cherche à monopoliser l'attention. Nous devons constamment veiller à ce que lui aussi aie sa place au sein de la famille malgré une rivalité très aigue dans la fratrie.
L’adoption n’est pas le long fleuve tranquille que nous nous plaisions à imaginer, c’est un combat de tous les jours dont nos enfants chéris sont la merveilleuse récompense … la VIE, tout simplement… aux couleurs de Colombie !
Chantal et Fabrice, parents de Diego et Santiago (4 mai 2010)